top of page
Search
  • Julie Bonnemoy

La louve blessée

Updated: Nov 14, 2021

Elle hurle en moi la femme soumise, la louve blessée.

Oui celle-là aussi a besoin d’être regardée, c’est surement grâce à la femme sauvage qu’elle peut maintenant s’exprimer et prendre fièrement sa place à mes côtés.

Dès l'enfance, j’ai appris passivement à la maison comme en société, le rôle de la femme soumise, douce et gentille.

Elle a été très présente dans mon rapport aux hommes puisque dans mon intimité j’étais comme muselée tellement j’avais appris par mimétisme la passivité, le silence, la soumission et l’interdit de se mettre en colère.

Cela n’empêche d’ailleurs que par ailleurs, j’ai souvent été une « grande gueule » libre pour m’exprimer sur d’autres sujets.

Rien à voir avec ce dont je parle.

Évidemment j’ai aussi parfois choisi des hommes qui musèlent et qui éteignent. Évidemment, le cycle se répète tant qu’on ne s’y jette pas entièrement pour en sortir.


Seulement aujourd’hui, il s’est passé quelque chose. Plutôt que d’encore endosser le rôle de la conciliatrice, sage, sainte et douce comme à mon habitude pour espérer sortir grandie de cette histoire et ne véhiculer que de l’amour (parce que les injonctions à n’être qu’amour et occulter son ombre sont grandes aussi), j’ai laissé s’exprimer ENFIN cette part de moi qui hurle à la mort comme un animal blessé de tant d’abus, de violence verbale, émotionnelle et parfois physique.

Alors cet homme s’est trouvé là, à prendre pour tous les autres vous me direz, mais il ne l’a pas volé je vous rassure. Et autant que je me fais ce cadeau à moi comme à toutes les femmes de laisser exister cette part en nous à qui on a manqué de respect et qu’on a laissé faire, je tends aussi à cet homme un miroir en lui criant ma vérité, en lui rendant sa boue à lui.

Il est important de préciser ici que je prends le risque de paraître (par-être / remparts à l’être) folle, hystérique et hideuse en le faisant et de le perdre totalement puisque sa réaction qu’elle soit l’attaque, le déni ou l’acceptation ne peut absolument pas être une attente, ni modifier un tant soit peu ma vérité.

Car sans prise de risque, pas de guérison potentielle.

A partir de là, lui peut choisir : soit l’attaque, soit le déni en me traitant de folle hystérique (comme le masculin l’a tant fait auprès du féminin), soit décider d’aller voir ce que je lui expose, de faire le tri entre ce qui m’appartient et ce qui est à lui ou à son histoire, qui reste souffrant, à guérir.

Ce choix lui appartient.

Cette partie-là ne me concerne plus. Je n’endosse plus non plus le rôle de sauveuse.

Ce qui me concerne directement c’est de ne plus garder un centimètre de boue qui ne soit pas à moi et de ne plus jamais taire ma vérité.

Elle est bien trop précieuse.

Pourquoi rendre publique cette histoire ? Parce que je crois fermement que dès qu’une femme se libère et s’empuissance, elle libère les autres. (Il en va naturellement de même pour les hommes).

Je crois aussi au pouvoir du rituel, de rendre public les évènements et dates marquantes, car même si j’ai pu exprimer des choses à posteriori dans ma vie, je ne l’ai jamais intégré comme aujourd’hui.

C’est l’importance de verbaliser ce qui a été tu pendant trop longtemps, que je me sens d’officialiser comme une rencontre avec une part de moi.

Il en va je crois de l’ordre de sanctifier mes mots, de me mouiller, de prendre le risque de perdre, perdre l’autre, perdre celleux en qui cela ne résonne pas.

Je veux vous présenter cette nouvelle femme encore plus légère et fière qui se dresse devant vous.

Car aujourd’hui pour moi, un cycle se termine et j’avais envie de l’offrir à qui bon aura besoin d’entendre ce message.

J’ai aussi réalisé un rituel puissant avec la médecine de l’eau que je vous partage en audio, m’enregistrant à chaud, juste après ce moment de grâce, il touchera celleux qu’il doit. C'est aussi le processus qu'il m'apparait pertinent de partager.

Univers je suis prête pour la suite car depuis que je te fais confiance, des portes merveilleuses s’ouvrent chaque jour sur mon chemin.

J’ai hâte,



AHO

15 views0 comments

Recent Posts

See All
bottom of page